Laure, encore une maman interpellée !

3. Laure temoignage

Récit de mon arrestation boulevard Pasteur, le lundi 27 mai 2013

Mère de 4 enfants, bien insérée dans ma vie professionnelle et sociale, et jusqu’à ce jour du 27 mai, inconnue des services de police, je tiens à témoigner ce que j’ai vécu à proximité du lycée Buffon (Parie 15ème) à l’occasion de la visite de François Hollande.

Arrivée à 15h sur les lieux avec des amies mères de famille, j’ai noté la présence de dizaines de cars de police garés sur le boulevard Pasteur et rue de Vaugirard. L’entrée du lycée était bien entendu inaccessible, la police bloquant les accès au niveau de la rue Lecourbe et de la rue Vaugirard. Quelques personnes avaient déjà commencé à se faire rassembler à la sortie du métro Pasteur. Certains portaient des drapeaux et des sweat Manif Pour Tous . A noter qu’aucune mère de famille avec qui j’étais n’avait de signe distinctif qui eût pu nous exposer d’une quelconque façon. Nous n’attendions qu’une chose : la sortie du Président de la République. Quelques personnes ont commencé à crier des slogans contre la loi Taubira, l’ambiance était bon enfant. La gendarmerie mobile nous a alors demandé de nous regrouper entre la sortie du métro "Pasteur", et "le Planète food".

Vers 15h30, la tension chez les gendarmes devenait plus palpable, et à 15h45 un gendarme nous a dit : "les mamans avec des enfants, si vous voulez partir, c’est maintenant." Nos trois amies avec poussettes et enfants sont parties et lorsque je me suis décidée, il était trop tard, impossible de sortir du dispositif,  nous étions encerclés.

Je pensais alors naïvement que les gendarmes nous maintenaient ainsi pour contrôler nos gestes au moment du passage de François Hollande, et lorsque nous avons vu la police commencer à embarquer les jeunes avec nous, je n’ai pas vu le danger pour moi. En effet, avec mes amies, nous étions discrètes, et ne faisions rien qui puisse justifier une quelconque interpellation !

A 15h50, ma voisine me dit : "C’est pour nous !"  Je n’y croyais pas, et en effet, nous avons vu se diriger vers nous deux policiers qui ont empoigné la première de mes amies malgré la foule qui sifflait et criait : "Pas les mères de famille !" Ils l’ont emmenée, puis ce fut mon tour, escortée par deux "robocops". J’ai tenté d’expliquer que j’avais mes enfants à aller chercher à l’école et l’un m’a dit : "Il ne fallait pas être là Madame." Ensuite il m’a parlé d’un simple contrôle d’identité, on avait l’impression, à l’entendre que c’était un banal contrôle de routine !

A 15h55, je suis montée à mon tour dans le bus qui retenait prisonnières mes amies et beaucoup de jeunes qui tapaient et hurlaient leur mécontentement. Vers 16h00, ils avaient terminé les interpellations, plus de 90, le dernier à nous rejoindre était un père de famille de l’école de mes enfants. Aucune information ne nous a été donnée sur l’endroit où nous allions, pourquoi nous étions retenus, et combien de temps tout cela allait durer.

Notre bus a démarré, sirène hurlante, et nous avons effectué la traversée de Paris la plus rapide de notre vie, escortés par deux motards qui bloquaient les voitures en sens inverse pour passer. Dans le bus, il y avait une chaleur étouffante, mais l’ambiance était joyeuse. Les bus ont fini par s’arrêter rue de l’Evangile, adresse désormais bien connue des manifestants contre la loi Taubira interpellés ! Nous sommes descendues les premières, escortées chacune par un policier, nous avons été fouillées par des policières qui nous ont demandé si on n’avait pas de couteau ou d’objet tranchant, puis on nous a répartis par deux dans des bureaux pour prendre notre identité. Les policiers ne pouvant pas nous mettre en cellules, celles-ci étant encore occupées par les manifestants de la veille, nous nous sommes retrouvés dans une cour entourée de barbelés et surveillés par des policiers au demeurant très affables. L’attente a continué, car il fallait attendre que chacun des interpellés soit passé. On nous a annoncé une libération en début de soirée.

Enfin après 3h d’attente, nous avons tous été libérés par groupes de 10, j’étais vidée et sous le choc, ayant eu l’impression de vivre un mauvais rêve, et bien décidée à témoigner pour que cessent ces interpellations, arrestations et gardes à vue abusives d’un Etat qui prône la liberté individuelle ! Je souhaite saisir la justice pour détention abusive et arbitraire.

About these ads

4 commentaires sur “Laure, encore une maman interpellée !

  1. Incroyable!!! Il faut que ma Police fasse son travail mais que celle-ci respecte les gens. Il faut aller jusqu’au bout :La justice pour aider les abus les particuliers sont prs aider financirement et moralement Catherine PERRIN Le courage c’est assumer ses ides, le devoir c’est de ne pas les renier. Le 17 juin 2013 20:08, GENERATION GARDE-A-VUE

  2. C’est purement scandaleux, Pour un président qui a dit qu’il éviterait les déplacements intempestifs de sirènes et girophares!! il faut le faire!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s