Violences policières : Martin, membre du service d’ordre de la Manif Pour Tous témoigne

IMG_4879photo : le 26 mai, les flics en civil traînent sans ménagement les manifestants pour les emmener en GAV

Martin est membre du Service d’Ordre de La Manif Pour Tous, et il témoigne de l’attitude de policiers en civile ; les faits qu’il raconte se sont déroulés le 24 Mars.

" Deux personnes ont forcé notre barrage, constitué d’une dizaine de volontaires se tenant les mains, bousculant violemment les femmes d’une équipe d’accueil qui s’était jointe à nous, au point qu’elles se sont retrouvées par terre. 
Agés de 35-40 ans, assez grands, ils étaient respectivement habillés d’une doudoune un peu sportive et d’un blouson en jean. A trois volontaires de la Sécurité de La Manif Pour Tous, nous nous mettons à courir après.
"Laissez-nous, on fait ce qu’on veut, dégagez !" nous disent-ils. Nous nous plaçons devant eux, torse contre torse, pour les empêcher de rejoindre la Grande Armée. Là, ils exigent que nous leur donnions notre carte nationale d’identité. Nous refusons tant qu’ils ne nous montrent pas leur carte de police.
"Vous connaissez la DCRI ?" nous répond l’un d’entre eux tandis qu’ils ne se décident pas à nous prouver leurs dires. Un de mes amis appelle le chef d’équipe, tandis qu’eux appellent, ou font semblant d’appeler les forces de l’ordre pour demander une voiture. C’est alors que les deux individus deviennent violents, l’un me donnant des coups de poing dans le ventre, et me poussant contre une voiture, l’autre agrippant un passant venu filmer ou photographier ce qu’il se passait. Je demande au passant d’une soixantaine d’années de partir. Je plaque celui qui m’a poussé et l’immobilise contre une voiture, tandis que l’autre est mis à terre et coincé contre le sol par deux amis.  Nous n’avons toujours aucune preuve qu’il s’agit de flics en civil. Finalement, nous les laissons se dégager et partir vers l’avenue Malakoff. Nous les suivons pour vérifier qu’ils ne cherchent pas à semer le trouble. Je croise un policier qui refuse d’intervenir. Avec quelques amis, je recoincerai un peu plus loin, sur l’avenue Foch, un des deux gars.
Le 28 mars, lorsque François Hollande se rend au JT de France 2, je vois une policière en civil, reconnaissable grâce à son oreillette et arborant un brassard, discuter avec l’homme avec qui je me suis battu quelques jours plus tôt. Je n’en sais pas plus…"
Martin
About these ads

9 commentaires sur “Violences policières : Martin, membre du service d’ordre de la Manif Pour Tous témoigne

  1. invraisemblabe. Les Forces de l’Ordre sont là pour repousser ceux et celles qui viennent pour mettre la pagaille, pas ceux qui font la sécurité… On voit le parti pris et voila le problème… de fond

  2. Houlala, c’est fou ca!
    La solution: filmé le plus possible pour ensuite déposer plainte auprès de l’ IGPN, et la ils vont plus faire les malin tres longtemp!!!
    Car la sanction risque d’etre tres lourde de conséquences pour leur carrière!!!

  3. Lors de la manifestation du 24 mars sur l’avenue de la Grande Armée, je me suis retrouvé sur la place de l’Étoile et j’ai immédiatement repéré un groupe de policiers en civil habillé en « caillera » : jogging, blousons, capuche ; accoutrement anachronique dans le contexte de la Manifestation pour tous.
    Je les ai surveillés et j’ai pris quelques photos alors qu’ils étaient en flanc-garde d’un groupe de CRS isolés, barrant la rue Tilsitt (motif opérationnel de ce barrage ???). Et puis à un moment, l’un d’eux est sorti du groupe, a empoigné une petite barrière de chantier qui se trouvait près d’un lampadaire, et ses collègues l’ont immédiatement maitrisé comme s’il s’agissait d’un émeutier.
    Sur le coup, je n’ai pas compris la manœuvre (vu la rapidité, je n’ai pas eu le temps de photographier). C’est après que j’ai compris, il y avait quelques photographes de presse (dont l’AFP, paraît-il) à côté du barrage anti-émeute.
    Ça s’est passé à l’angle de la rue de Tilsitt et de l’avenue de la Grande Armée, qui était barrée par un grand barrage anti-émeutes.

  4. Sur la photo, on voit qu’un des policiers tient à la main une matraque télescopique. C’est une arme de 6e catégorie dont les coups peuvent être mortels, l’arme ne doit être utilisée qu’en cas de légitime défense.
    Source Wiki : en France, le bâton de protection télescopique est une arme classée en sixième catégorie (armes blanches). Son port est interdit sans autorisation administrative. Son transport est réglementé et ne peut se faire sans motif légitime.
    On voit ce qu’il en est sur le fabuleux site de Thomas Debesse. http://illwieckz.net/journal/Avis_de_recherche
    Voir aussi l’étude de Christian Harbulot, directeur de l’école de guerre, qui s’étonne de ce qu’aucun parlementaire de l’opposition ne soit monté au créneau pour dénoncer l’utilisation des matraques télescopiques par les forces de l’ordre.
    « La matraque télescopique est une arme dangereuse qui peut provoquer des coups mortels lorsqu’ils sont portés sur la tête d’un individu. Cette arme n’a donc pas sa place dans une opération de maintien de l’ordre (C. Harbulot).
    http://www.infoguerre.fr/edito/edito-mouvement-de-masse-et-guerre-de-linformation/

  5. Ping : Violences policières : Martin, membre du service d’ordre de la Manif Pour Tous témoigne | La Manif Pour Tous

  6. Lors de la manif du 26 mai, un grand nombre de policiers en civil figurait parmi les personnes jetant des projectiles sur les CRS.

    On le voit très bien sur des vidéos postées sur YouTube : des groupes de personnes violentes, jetant des projectiles, puis qui se replient avant de mettre leurs brassards "police" et de sortir leurs matraques.

  7. ils ne connaissent personne dans la manif , ils s’en foutent de frapper dans le tas … un maintien d’ordre comme un autre. Ils recommandent à leur famille et amis de ne pas se trouver dans la manif. J’ai eu le cas en 1961 en Algérie, mon ex-mari était CRS (obligatoire avant d’accéder aux commissariats) et ses frères dans l’OAS, et il leurs disait de ne pas se trouver dans les manifs et ses frères lui répondaient, avec humour "tu as mal tourné" .. "VENDU" … c’est aussi pourquoi toutes les compagnies de CRS, pieds-noires ont été transférées en métropole et remplacées en Algérie par des compagnies de CRS métropolitaines et là … ça n’a plus été la même chanson … arrestations, rafles et fusillades (rue d’Isly à Alger par ex.) avec la complicité des gardes-mobiles et de l’Armée (après le putch des généraux) n’ont plus cesser jusqu’à l’indépendance, d’où l’exode massif des français d’Algérie. Et nous retrouver à présent avec le même spectable en France, c’était inimaginable à l’époque. Quelle horreur .. quelle abomination … nous sommes tombés bien bas avec ce gouvernement totalitaire. Mais ils devront rendre des comptes c’est sûr !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s